Diagnostics

Comment identifier l'inflammation du pancréas: diagnostic de pancréatite

Le succès du traitement de cette maladie dépend de l’examen opportun et du diagnostic correct. Lors du diagnostic, le spécialiste s’appuie non seulement sur des données de recherche, mais également sur des signes de maladie concomitante. Ceux-ci comprennent:

  • douleur aiguë dans la région abdominale de la ceinture,
  • sensation constante de nausée et de vomissements qui ne soulagent pas,
  • faiblesse générale
  • forte baisse de pression
  • transpiration excessive et pâleur de la peau,
  • saute dans la température du corps,
  • selles avec facultés affaiblies
  • bouche sèche, blanche sur la langue.

En pratique médicale, il existe plusieurs moyens de détecter une pancréatite sans recourir à un examen instrumental, en se basant uniquement sur les symptômes caractéristiques. Cela permet de diagnostiquer un adulte à un stade précoce. Ces symptômes incluent:

  1. en présence d'une pancréatite, le patient ne ressent pas la pulsation de l'aorte dans l'estomac.
  2. l'apparition de taches bleues dans la paroi abdominale dans la conception du pancréas.
  3. taches bleues dans la région ombilicale. Leur manifestation est associée à l'action des produits de désintégration du pancréas sur les tissus des organes et des muscles.
  4. douleur à la localisation du pancréas.
  5. l'apparition de douleur lors de la palpation par un spécialiste de la région du côté gauche du sternum, à la jonction des côtes avec la colonne vertébrale.
  6. sensations douloureuses en tapotant sur le pancréas. La survenue de douleur est associée à une inflammation du corps.
  7. douleur sévère avec l'introduction de la paume profondément dans la paroi abdominale, associée à une irritation du péritoine.

Symptômes et diagnostic de la pancréatite chronique

Afin de déterminer la pancréatite chronique, le médecin doit faire attention aux symptômes présents chez le patient. Cette maladie présente les symptômes suivants:

  1. douleur récurrente sous les côtes du côté gauche de la colonne vertébrale,
  2. la propagation de la douleur du pancréas dans le dos,
  3. l'apparition de douleurs après avoir mangé des aliments fumés, frits ou gras, ainsi que l'utilisation de boissons alcoolisées,
  4. sensation constante de nausée
  5. diarrhée avec une odeur caractéristique,
  6. perte de poids soudaine associée à une violation de l'absorption par le corps des nutriments contenus dans les aliments.

Le traitement de la pancréatite chronique peut prendre beaucoup de temps. Au cours de la période de traitement, l’exacerbation ou la rémission de la maladie est possible, il est donc primordial de la diagnostiquer correctement. Pour une maladie de cette durée, les symptômes suivants sont caractéristiques:

  • faiblesse, vertiges, difficultés respiratoires, troubles de la mémoire,
  • augmentation du sucre, diabète de type 2,
  • dysfonctionnement du système digestif, diarrhée ou constipation, nausées et vomissements,
  • une augmentation du pancréas provoquant un blocage de la veine splénique,
  • stase biliaire dans l’organe et apparition de jaunisse.

Test sanguin biochimique

C’est la première analyse que l’on attribue aux patients pour déterminer la maladie du pancréas. C'est assez simple et instructif. Sur la base de ses résultats, le type de maladie d'organe est déterminé. Lorsque l'analyse pancréatique du sang par la pancréatite peut être identifiée, les écarts suivants par rapport à la norme:

  • augmentation des niveaux d'alpha-amylase. C'est une enzyme produite par le pancréas et qui favorise la dégradation de l'amidon dans le corps. Son niveau élevé indique une maladie du corps. Cependant, sur la base de cet indicateur uniquement, il est impossible d’établir le diagnostic avec précision,
  • augmentation des niveaux de lipase, une enzyme nécessaire à la décomposition des graisses constituant les aliments,
  • une diminution de la quantité d'insuline et, par conséquent, une augmentation du taux de glucose
  • une diminution des taux sanguins de protéines, en particulier d'albumine,
  • une forte augmentation de l'activité de la protéine c-réactive,
  • augmentation de l'urée sanguine en cas d'insuffisance rénale.

Analyse électrolytique et hydrique du sang

Les troubles du pancréas entraînent des modifications de la composition du sang, ainsi que de la quantité de liquide présente dans le sang. Cela peut entraîner le blocage des vaisseaux sanguins et la formation de caillots sanguins.

La pancréatite entraîne une diminution des taux sanguins de minéraux tels que le potassium, le calcium et le sodium. La teneur en minéraux affecte le fonctionnement normal du système cardiovasculaire.

Méthodes de diagnostic instrumentales

Les méthodes instrumentales de recherche sur les maladies du pancréas font partie intégrante du diagnostic. Dans le processus de recherche instrumentale, il est possible de visualiser la glande, ainsi que d'identifier les effets de la pancréatite et ses effets sur d'autres organes.

Les méthodes de recherche instrumentale les plus courantes sont les suivantes:

Diagnostic échographique

C'est la méthode la plus efficace pour déterminer la maladie du pancréas, ainsi que pour détecter les modifications dans les tissus de l'organe, la présence d'inflammation. En échographie, il est possible de voir l’état des voies biliaires, la présence d’abcès purulents et de liquide.

Il est également important de noter que le patient doit savoir comment se déroule la préparation à l'échographie du pancréas pour que l'étude soit aussi informative que possible.

Laparoscopie

Cette méthode est à la fois un diagnostic et un traitement de la maladie. Réalisez cette étude dans des bureaux ou des salles d'opération spécialement équipés.

La laparoscopie vous permet de détecter une pathologie d'organe en temps réel et, dans certains cas, de prendre des mesures pour réduire leurs effets sur le corps. Cette méthode est utilisée dans les cas extrêmement graves de la maladie.

Endoscopie

Cette méthode de recherche vous permet de voir tous les changements dans le pancréas et le duodénum. Pour ce faire, un endoscope avec une caméra installée est inséré dans l'œsophage et l'organe est examiné.

À la suite d'une endoscopie, il est possible de déterminer le niveau de sécrétion et son effet sur le pancréas.

Diagnostic différentiel de la pancréatite

Dans le cas de la pancréatite, les principaux symptômes caractéristiques sont les douleurs abdominales, qui provoquent des diarrhées et les vomissements. Cependant, un certain nombre d'autres maladies des organes digestifs présentent des symptômes similaires.

Parfois, même les résultats du test peuvent ne pas donner une image complète, de sorte qu'un spécialiste puisse effectuer un diagnostic avec certitude. Il est nécessaire de distinguer la pancréatite des possibles autres maladies.

La différence entre la pancréatite et les ulcères perforés

La pancréatite a souvent des symptômes similaires avec un ulcère perforé. Ces maladies sont caractérisées par une douleur intense et un choc douloureux, une diminution du pouls et une tension des parois abdominales.

Cependant, il est important de noter les différences importantes lors du diagnostic et de la prescription du traitement. Un patient atteint d'un ulcère perforé tente de prendre une position dans laquelle la douleur sera moins ressentie. En outre, avec cette maladie, les vomissements se produisent assez rarement.

Avec une pancréatite, le patient est agité. Il ne peut pas trouver une position de sommeil. En outre, la maladie est accompagnée de vomissements constants. En raison de la maladie, l'irrigation sanguine périphérique peut être altérée.

La différence entre la pancréatite et la cholécystite

Ces deux maladies ont des symptômes très similaires. Et souvent, la cholécystite est une conséquence de la pancréatite humaine. La cholécystite se caractérise par l’apparition de douleurs au côté droit de l’abdomen et la transition de douleurs à l’épaule droite. À l'échographie, processus inflammatoire prononcé.

En outre, le lecteur trouvera des informations utiles sur la cholécystite et comment les traiter, sur les pages de notre site.

La différence entre pancréatite et obstruction intestinale aiguë

La pancréatite est accompagnée d'une obstruction intestinale dynamique. La douleur dans les intestins se produit brusquement, des vomissements, des flatulences, après quoi une constipation pendant un moment - tous ces symptômes sont ceux d'une pancréatite.

Pour distinguer cette maladie de l'obstruction intestinale peut être basé sur les résultats du sang. Si le taux de chlorure dans le sang est faible, cela indique une obstruction intestinale. Des niveaux élevés de chlorures et de diastase indiquent que le patient est atteint de pancréatite.

1 Comment identifier?

En cas d'anomalie, une visite chez le médecin est nécessaire. L'autodiagnostic ne permet pas de déterminer la maladie et son degré de développement.

L'identification de la pancréatite chez l'adulte s'effectue en plusieurs étapes. Les antécédents du patient sont initialement recueillis. Si ce dernier a des douleurs persistantes, des selles avec facultés affaiblies et une augmentation des gaz, des vomissements, une faiblesse, une perte de poids, le médecin vous prescrit des tests de laboratoire.

Le médecin peut identifier la pathologie lors du sondage d'un organe à travers la paroi abdominale (symptôme de la résurrection, Curt, Kuplen, Razdolsky, Mayo-Robson, etc.).

En cas d'anomalie, une visite chez le médecin est nécessaire.

Si le développement du processus inflammatoire est confirmé, des méthodes de recherche instrumentale sont menées. Ils donnent l'image la plus précise et complète de la maladie.

2 méthodes instrumentales

Les méthodes instrumentales sont obligatoires dans le diagnostic de la pancréatite. Avec leur aide, il est possible de procéder à une inspection visuelle de l'organe interne, afin de déterminer les changements dans sa structure et sa structure. L'effet de la pathologie sur le système digestif est également détecté.

Il existe plusieurs méthodes instrumentales.

Le plan d'examen et la méthode de diagnostic du matériel utilisé sont prescrits par le gastro-entérologue.

Assigné à chaque patient dans la détection de la pancréatite. L'étude permet de déterminer l'état des tissus du corps, ses canaux et ses tailles. En outre, des pathologies telles que la présence de fluide, de pus, de masses nécrotiques et de tumeurs dans la cavité abdominale, le gonflement de l'intestin du côlon sont identifiées.

Dans la forme aiguë de pancréatite, des symptômes similaires à ceux de l'infarctus du myocarde apparaissent. Une électrocardiographie (ECG) est effectuée pour diagnostiquer avec précision la maladie. La procédure est la suivante: l'enregistrement de l'ECG est effectué, puis le pancréas est soumis à un blocage bilatéral avec une solution anesthésique selon Roman; après 1,5 à 2 heures l'enregistrement de l'ECG est répété.

Dans la forme aiguë de pancréatite, des symptômes similaires à ceux de l'infarctus du myocarde apparaissent. Une électrocardiographie (ECG) est effectuée pour diagnostiquer avec précision la maladie.

Si une comparaison des deux résultats révèle un développement positif de modifications pathologiques, une pancréatite aiguë est diagnostiquée. L'absence de pathologies parle d'infarctus du myocarde.

Test d'acide chlorhydrique

Le test à l'acide chlorhydrique permet d'évaluer la qualité de la sécrétion pancréatique. Une solution d'acide chlorhydrique additionnée d'huile d'olive ou de tournesol, introduite dans le patient par voie intraduodénale au moyen d'une sonde, est utilisée comme stimulateur de l'organe. Des échantillons des sécrétions gastriques et duodénales sont systématiquement prélevés.

L'analyse de l'acide chlorhydrique est simple et abordable, mais ne donne pas des résultats d'une grande précision. Par conséquent, plus souvent effectué test de pancréoimin-sécrétine.

Test de Lund

Le test de Lund permet d'évaluer la fonction excrétrice de la glande en collectant le contenu de l'intestin grêle. Pour l'analyse, une sonde radio-opaque avec un poids en mercure ou en acier fixé à son extrémité est injectée dans le patient à jeun et reçoit un mélange alimentaire standard. Le mélange comprend nécessairement de l’huile végétale, du lait en poudre avec inclusion de dextrose. Puis dans les 2 heures, collecter l’aspirat duodénal, qui est placé dans des récipients contenant de la glace.

Le test de l'échantillon vous permet de déterminer le niveau d'amylase. Une pancréatite est associée à une teneur élevée en enzymes. Cependant, le test de Lund peut avoir des résultats faussement positifs.

Tomographie

Cette méthode instrumentale est très informative. Avec son aide, la présence de masses nécrotiques, de tumeurs et de liquide dans la cavité abdominale est détectée. En outre, le médecin reçoit des données sur la taille de l'organe interne et l'état de la cavité pleurale. L'absence de tomodensitométrie est le coût élevé et la fourniture de ce service uniquement dans les grandes institutions médicales.

L'absence de tomodensitométrie est le coût élevé et la fourniture de ce service uniquement dans les grandes institutions médicales.

Test d'élastase

Le principal avantage de la pâte à base d'élastase réside dans la détection de la pancréatite au stade précoce. Le principe de l’analyse est basé sur la détermination de la quantité d’élastase dans les selles du patient. L'étude est conçue pour diagnostiquer une pancréatite chronique ou aiguë et pour déterminer l'efficacité du traitement.

Le sérum sanguin peut également être utilisé pour mesurer l'élastase. Le test permet de révéler l'apparition d'enzymes pancréatiques lors d'une inflammation aiguë de l'organe.

Le principe de l’analyse est basé sur la détermination de la quantité d’élastase dans les selles du patient.

Test de la pancréozymine-sécrétine

Le test de la pancréozymine-sécrétine révèle des anomalies de la fonction des glandes exocrines. Pour diagnostiquer, le patient reçoit une sonde à deux ou trois canaux, tout en effectuant une aspiration continue. La procédure est réalisée sous le contrôle de la fluoroscopie. Avec cette méthode, des échantillons de sécrétions gastriques et duodénales sont collectés en alternance, qui sont ensuite examinés. Pour activer la sécrétion, on injecte au patient des préparations de sécrétine et de pancréoimine. L'analyse permet de mesurer la concentration en bicarbonate, le taux de sécrétion et l'activité de la trypsine.

Le test de la pancréozymine-sécrétine révèle un certain nombre de pathologies dans le pancréas:

  1. Échec de la sécrétion générale. Se produit lors de l'obturation des canaux dans la région de la tête avec localisation de tumeurs et dans les formes graves de pancréatite chronique.
  2. Quantité réduite de sécrétion à des concentrations normales de bicarbonates et d'enzymes. Il est diagnostiqué avec une obstruction partielle des canaux avec une tumeur dans la glande.
  3. Diminution de la qualité des sécrétions. Elle se caractérise par une diminution de la concentration en bicarbonates et en enzymes à volume de sécrétion constant. Le plus souvent, il s'agit d'un signe de pancréatite chronique.
  4. Déficit enzymatique isolé. Il se produit sur le fond de la pancréatite chronique, dont la cause est une malnutrition.

La malnutrition est la cause du déficit enzymatique isolé.

3 tests de laboratoire

Si une pancréatite est suspectée, des tests de laboratoire sont prescrits. Ils donnent des résultats précis dans 99% des cas. Cela est dû aux enzymes produites par le pancréas et à une violation de la sortie du suc gastrique, qui affectent la composition chimique du sang, de l'urine et des selles ainsi que des taux d'hormones.

Le plus informatif est un test sanguin biochimique. Avec son aide, la quantité d'enzyme amylase, lipase, insuline, protéines est déterminée.

Le plus informatif est un test sanguin biochimique.

En outre, le médecin prescrit la réalisation d'une analyse clinique générale du sang et de l'urine. Les tests de laboratoire peuvent identifier le processus inflammatoire dans le corps.

L’évaluation de l’équilibre eau-électrolyte du sang révèle une carence en calcium et en liquide dans le sang. De telles violations peuvent entraîner de graves complications du système cardiovasculaire.

4 caractéristiques chez les enfants

Pour le diagnostic de la pancréatite chez les enfants, l'anamnèse est en cours de collecte, des études de laboratoire et des appareils sont en cours.

Dans l'analyse clinique du sang d'un enfant, il existe une augmentation du contenu en leucocytes et une accélération de la RSE. Une activité accrue des enzymes pancréatiques est détectée par des tests sanguins biochimiques et une analyse d'urine.

Parmi les méthodes instrumentales les plus souvent prescrites par ultrasons. À l'aide de l'enquête, on détecte une modification de la taille de l'organe interne, l'hétérogénéité de l'échostructure, la présence de masses nécrotiques, de phoques et de calculs dans les canaux. Si nécessaire, un examen endoscopique de l'estomac et du duodénum (FGDS) est effectué.

En cas d'évolution compliquée de la maladie, un scanner et une IRM sont réalisés, ainsi qu'une radiographie.

Raisons pour une enquête complète

Actuellement, il est habituel de distinguer 2 types d'inflammation du pancréas: aiguë et chronique, mais il s'agit essentiellement de la même maladie.

La pancréatite aiguë est un processus destructeur grave qui, dans un certain cours, peut entraîner la mort du patient.

Le diagnostic de pancréatite chronique est le même après qu’une personne ait souffert de plusieurs inflammations aiguës et n’y ait plus prêté attention, de sorte que la présence d’une inflammation dans les pancréatocytes est devenue permanente.

Le diagnostic de la pancréatite peut varier dans l'utilisation de méthodes instrumentales et la durée de la recherche.

Dans le processus aigu, le diagnostic de laboratoire prévaut. Un examen avec une inflammation constante, des rechutes et des exacerbations intermittentes a lieu au moyen de diverses méthodes permettant de déterminer l’état pathologique.

Leur choix est fait en fonction du stade de la maladie. La pancréatite réactive étant différente des stades aigu et récurrent, elle nécessite des décisions immédiates. L’étude du pancréas enflammé doit donc être réalisée immédiatement.

Au grand regret des gastro-entérologues, de nombreux recours ont déjà lieu à ce stade, lorsque les changements sont devenus irréversibles et que la destruction par auto-digestion des tissus des glandes sous l’attaque des enzymes pancréatiques ne peut plus être nivelée.

La consommation chronique d'alcool entraîne une violation de la fonction exocrine du pancréas, car les symptômes de la maladie du pancréas sont attribués à la gueule de bois ou aux symptômes d'une intoxication alcoolique.

Une personne vague qui prête attention à son état de santé peut, au contraire, suspecter un trouble digestif simple, en la considérant comme une maladie du pancréas.

Les principaux signes diagnostiques

Il est difficile de confondre une forme aiguë d'inflammation des tissus des glandes avec un processus lentement négatif, mais il est facile de se tromper d'autodiagnostic en considérant la pancréatite chronique sans douleur comme un trouble dyspeptique ou un dysfonctionnement de tout organe digestif.

La triade de symptômes communs indiquant une maladie inflammatoire du pancréas devrait être la raison du traitement du patient:

  • Symptômes douloureux périodiques ou persistants dans la région épigastrique, apparus pour la première fois lorsqu'un certain type d'aliment ou d'alcool était consommé, mais ont acquis au fil du temps un caractère permanent et inconditionnel. Le diagnostic de pancréatite chronique sur cette base est souvent entravé par l'alcoolisme, la présence d'autres maladies chroniques du tube digestif ou par le passage sans douleur des stades de développement initial et intermédiaire. Avec l'exacerbation de la pancréatite chronique, ce symptôme devient dominant et conduit le patient chez le médecin.
  • La perte d'appétit et de poids, l'aversion pour la nourriture, les nausées, accompagnées d'une perte de poids, peuvent indiquer non seulement des problèmes avec le pancréas. Mais l'identification de la cause initiale aidera à déterminer le provocateur de la maladie, à moins que, bien sûr, la perte de poids ne soit pas associée à l'utilisation de médicaments ou d'un régime strict. La fibrose, un processus oncologique, des maladies du système digestif ou hépatobiliaire peuvent entraîner une perte de poids. Dans aucun des cas mentionnés, le diagnostic et le traitement de la maladie ne font pas mal.
  • Changements dans le type et la consistance des matières fécales, en particulier si elles s'accompagnent d'une perturbation constante des mouvements intestinaux normaux. Les méthodes de diagnostic de laboratoire basées sur l'analyse des sécrétions aideront non seulement à déterminer la nature de la pathologie, mais également à différencier la pancréatite chronique des autres maladies dans lesquelles des modifications de la couleur et de la composition des matières fécales peuvent également être accompagnées d'alternance diarrhée et constipation. La déficience en enzymes du pancréas se caractérise par une couleur de décharge grisâtre avec une brillance brillante et grasse.

L'inflammation chronique du pancréas ne peut être supposée que sur la base de la triade symptomatique.

Le diagnostic de la pancréatite peut être basé sur les signes inhérents aux formes individuelles.

Par exemple, une couleur jaune lors de l'obstruction des voies biliaires peut également indiquer un dysfonctionnement grave du pancréas, mais également en cas de pathologie biliaire ou d'activité hépatique altérée.

Par conséquent, un ensemble d'outils et de méthodes, lorsqu'un problème survient, comment diagnostiquer la pancréatite, est utilisé de manière variable.

Sa résolution peut nécessiter un large éventail de recherches sur les instruments, les laboratoires et le matériel.

Méthodes de détermination de l'état négatif

Le diagnostic de la pancréatite ne peut être réalisé que par une enquête verbale ou une échographie pancréatique.

Souvent, ces méthodes limitées de détection des maladies du pancréas sont impuissantes face aux manifestations multiformes et à l'étiologie du processus inflammatoire présent dans le corps.

La pathologie, qui affecte les cellules du pancréas, ne peut être vérifiée qu'après un examen approfondi.

Ses résultats inciteront le gastro-entérologue à poser le bon diagnostic et à choisir des méthodes de traitement individuelles en fonction du tableau infraclinique.

Le diagnostic général de pancréatite peut être basé sur:

  • recueillir des antécédents verbaux (plaintes de patients concernant des sentiments négatifs)
  • l'étude de l'historique de la maladie, permettant d'identifier la présence dans l'organisme de pathologies chroniques pouvant être à l'origine du développement d'une condition dangereuse,
  • détermination de la dysfonction pancréatique sur la base de la triade symptomatique (douleur, modification des selles, perte de poids),
  • inspection visuelle et palpation dans les lieux de localisation suspecte,
  • tests de laboratoire (excrétions: urine (pour la détection d'un nombre accru d'enzymes pancréatiques et de signes d'inflammation), fèces (pour la présence de fibres non digérées et de bases lipidiques), une étude générale de la composition du sang et un test sanguin biochimique montrant un excès d'enzymes pancréatiques,
  • études sur le matériel informatique - échographie (méthode de diagnostic initial détectant l’échogénicité des zones touchées), imagerie par résonance magnétique et par ordinateur (pour déterminer le tableau clinique exact et les modifications morphologiques),
  • méthodes instrumentales (fibroesophagogastroduodénoscopie, endo-ultrasonographie, cholangiopancréatographie, etc.),
  • biopsie des cellules pancréatiques pour déterminer la nature des changements en cours,
  • un examen radiographique de l'abdomen en cas de suspicion de formation de calcifications, présente dans l'une des formes de la maladie.

Une inflammation du pancréas, depuis plusieurs mois non diagnostiquée et non soumise à des mesures thérapeutiques, conduit au développement d'une pancréatite chronique.

L'évolution favorable de la pancréatite aiguë, accompagnée d'un traitement opportun et correct, se termine par une guérison dans près de 70% des cas cliniques décrits.

Le traitement de la pancréatite aiguë nécessite souvent un peu de temps et d'efforts si la maladie est arrêtée à un stade précoce.

Le traitement de la pancréatite chronique, même au stade intermédiaire (pour ne pas mentionner grave), peut prendre beaucoup de temps et ne viser qu'à améliorer la qualité de la vie et la continuation de la vie du patient.

Par conséquent, un diagnostic simple et différentiel doit être effectué dès le stade bénin de la maladie, tout en permettant d'obtenir des résultats positifs.

Méthodes de différenciation des modifications du tissu pancréatique

La pancréatite chronique est un terme collectif qui désigne le processus inflammatoire, qui se déroule avec une intensité différente, affecte des segments individuels de la prostate ou conduit à sa modification totale, accompagné de complications variables et de manifestations négatives.

Le diagnostic de la pancréatite chronique est effectué pour distinguer les types de pathologies présentes dans l'organe.

Un examen opportun vous permet de déterminer les méthodes du traitement proposé, tandis que le diagnostic tardif de la pancréatite révèle de graves problèmes.

La réalisation d'un ensemble d'études obligatoires permet généralement de répondre à la plupart des questions posées par le médecin, mais des rendez-vous supplémentaires sont parfois nécessaires.

Le traitement dans un état négatif a généralement lieu au stade d'exacerbation de la pancréatite chronique, car le patient commence à ressentir de la douleur.

  • analyses obligatoires des sécrétions (sang, urine et fèces), puis analyse des indicateurs d'a-amylase, de bilirubine et de protéines, de glucose, de trypsine, de lipase, de fibres non digérées, etc.,
  • la duodénographie et l'étude de la composition du suc gastrique,
  • cholangiopancréatographie rétrograde pour l'étude des conduits et de la vésicule biliaire,
  • balayage radio-isotopique pour détecter les tumeurs, les saignements, la présence de radiations,
  • diagnostic de fonctionnalité: excrétion, présence d'enzymes, utilisation d'acide chlorhydrique (la sécrétion du pancréas est contrôlée avec une solution faible d'acide chlorhydrique), et endocrinienne (réduction de la tolérance au glucose du CP),
  • radiographie de l'abdomen pour détecter les calcifications
  • balayage radioisotope, afin de déterminer le niveau de l'apport sanguin au pancréas,
  • l'évaluation de l'équilibre hydrique et électrolytique permet de déterminer la présence potentielle de calcifications, de l'état d'autres organes internes, provoquées par des processus pathologiques avec lesquels survient habituellement une exacerbation de la pancréatite chronique.

Des méthodes supplémentaires sont affectées à l’étude des modifications de la structure du pancréas ou de signes indiquant une forme particulière (jaunissement, douleur intense, absence de douleur ou suspicion de processus oncologiques).

La laparoscopie et l'endoscopie peuvent aider non seulement à observer des changements dans la structure et la dégénérescence du tissu pancréatique, mais aussi à effectuer, dans certains cas, le processus de traitement nécessaire.

La liste des pathologies avec des symptômes presque identiques aux manifestations de la PC a longtemps été compilée et utilisée en pratique clinique.

Selon les manifestations possibles, la pancréatite est pratiquement un double d'obstruction intestinale, d'ulcères gastriques et duodénaux perforés, de cholécystite (inflammation de la vésicule biliaire située à proximité immédiate).

Traitement de CP dans la phase aiguë

Le traitement d'une maladie est un processus complexe, qui dépend de nombreux composants, notamment de son stade d'apparition.

La période d'exacerbation de la maladie devient pour le patient un véritable test d'endurance, du fait de la présence de manifestations négatives.

La plupart des appels à l'aide ont lieu pendant la période de crise.

Dans le traitement des exacerbations du processus inflammatoire chronique, 5 méthodes principales sont utilisées, visant principalement à arrêter les symptômes négatifs et à soulager la souffrance du patient:

  • l’élimination d’un symptôme douloureux se produit avec l’aide de divers médicaments ou en cas de famine totale (si la faim n’aide pas, la gamme de médicaments peut être très variée - depuis les analgésiques et les non-stéroïdes habituels jusqu’aux antihistaminiques et les analgésiques narcotiques,
  • les antispasmodiques sont utilisés pour relâcher les muscles lisses (dans le pancréas, une congestion biliaire se forme et son élimination n'est possible que lorsque le sphincter d'Oddi est relâché (on parle de réduction de la pression intra-canalaire),
  • thérapie par perfusion, dans laquelle diverses solutions sont administrées par voie intraveineuse (utile pour la dégradation des tissus afin d'éliminer les produits toxiques formés au cours du processus pathologique,
  • les médicaments antisécrétoires ont pour but de réduire la production d’enzymes pancréatiques qui ont provoqué le développement d’une inflammation, attaquant les pancréatocytes,
  • Pour améliorer la motilité intestinale, on utilise des médicaments qui non seulement peuvent reprendre une activité opprimée, mais aussi éliminer les symptômes négatifs qui l’accompagnent habituellement - réflexe nauséeux et vomissant, brûlures d’estomac et autres manifestations de la dyspepsie.

Un traitement médicamenteux massif associé à la faim normalise en quelque sorte les processus négatifs se produisant dans le corps en raison d'une violation de la fonctionnalité d'un organe vital.

Aux stades léger et moyen de la maladie, la récidive peut être une violation des recommandations d’un nutritionniste ou l’exacerbation d’autres maladies ayant entraîné le développement d’une pancréatite secondaire.

Le respect de la tactique correcte du comportement et du régime alimentaire du patient pendant la rémission permet d'éviter les exacerbations fréquentes.

Mais cela ne peut pas les empêcher, si le principal provocateur de l'inflammation est toujours présent dans le corps.

Traitement de CP en rémission

Les objectifs poursuivis pendant la période de rémission sont l'extension maximale de la phase de silence.

Cette méthode thérapeutique vise à obtenir, à l’aide d’un régime strict, une pharmacothérapie symptomatique et à prévenir les complications éventuelles.

Les symptômes ne peuvent être éliminés qu’après prescription médicale, après avoir consulté le médecin et en tenant compte de la compatibilité du nouveau médicament prescrit avec les médicaments déjà pris.

Si la pancréatite est secondaire (causée par d'autres pathologies chroniques, le traitement de la cause fondamentale est nécessaire).

Parmi les complications probables, on peut citer l’insuffisance de sécrétion, le diabète sucré acquis, développé sur fond de tolérance réduite au glucose.

Des vitamines ou une perfusion intraveineuse de solutions entraînant une perte de poids importante peuvent être prescrits.

Le diagnostic de la pancréatite est un ensemble complexe d’études visant à établir un tableau clinique objectif et à différencier les manifestations de la maladie d’autres conditions d’urgence présentant des symptômes similaires.

La détection rapide du processus inflammatoire permet de déterminer rapidement les tactiques nécessaires pour traiter la maladie, prévenir les complications et améliorer la qualité de vie du patient.

Loading...